Marion en Mongolie
au pays des yourtes et du thé salé au lait de yak


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques


Sites favoris


Dernier jour dans notre première famille

Ce matin, j'ai l'impression que mon corps s'est tout disloqué...

Tout le monde vaque à ses occupations et je décide de me laver les cheveux au petit robinet accroché à un poteau devant la ger. Que c'est agréable de se laver dehors ! (surtout quand il fait beau).


Les hommes sont revenus des pâturages et Gahbold, l'ainé de la famille, me propose de ramener les veaux échappés en moto. Me voilà partie conduisant la moto, avec Maggi en passager ! Quelle bonne idée j'ai eu d'apprendre à conduire ! Nous rattrapons le troupeau et roulons derrière pour le ramener au camp.


Là, j'aperçois les autres fils qui découpent de la viande. Ils viennent juste de tuer une chèvre ! J'observe la charcuterie avec beaucoup d'attention et aide la mère à vider et nettoyer les tripes. Les hommes grillent les morceaux de foie au feu, puis les enroulent dans le lard et les passent à la broche. Un, ça passe...deux, c'est plus difficile...le bol entier, carrément impossible !


Dans la soirée, nous avons fait une séance photos très émouvante avec toute la famille. On m'a enfilé l'habit traditionnel, le del, et chacun s'est fait beau. La lumière se prêtait aux photos : nous avons eu droit à un ciel flamboyant et même un arc-en-ciel !

Je dois avouer que je suis triste de devoir quitter cette famille qui nous a accueilli si gentiment...L'orage se met à gronder et nous nous réfugions tous sous la ger, autour du poële. Nous nous sentons bien. Maggi propose que chacun chante une chanson et c'est Dashdawaa qui commence. C'est tellement émouvant que j'en ai les larmes aux yeux. Nous chantons à notre tour et ainsi de suite, le tout ponctué de bols de vodka et de pets (et oui, c'est un art de vivre en Mongolie, et comme dit le proverbe "il vaut mieux que cela soit dehors que dedans !").

 



Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 08:00, le 3/09/2010, Oulan-Bator
Mots clefs :

REGION HENTII

Lorsque je me réveille, les femmes sont déjà debouts à préparer la marmite de lait pour la journée. Nous rangeons les duvets et nos affaires car dans un petit espace qui sert de lieu de vie, tout doit être en ordre. D'ailleurs, les gers sont toujours agencées de la même manière. De gauche à droite : armoire, lit, coffre, lit, coffre, lit, étagère à cuisine. Au milieu, une table basse et le poële. L'espace est très convivial et contraste avec l'hostilité de la steppe.


Maggi nous fait essayer les chevaux avant le trek. Je partirai finalement seule avec Maggi car maman a eu peur ; c'est normal, c'est la première fois qu'elle montait sur un cheval.

Nous partons vers 11h et grimpons une première, une deuxième puis une troisième colline. Le passage sur les crêtes nous offre une vue magnifique sur toute la région. J'ai l'impression d'être revenue au temps du grand guerrier Ginggis Khan et de le voir galoper au loin entre terre et ciel. Ce paysage de steppes et de montagnes à perte de vue prête à l'imagination. Les chevaux en liberté complètent le tableau. Je n'arrive pas à croire que je suis sur un cheval au milieu de nulle part, Maggi fredonnant des airs mongoles !

Nous amorçons la descente sur l'autre versant. Le chemin est pentu et accidenté. J'ai beau me pencher vers l'arrière, j'ai la désagréable impression de glisser vers l'avant. Je m'aperçois soudain que ma selle s'est détachée et que je suis tout simplement en train de tomber ! Heureusement, nous sommes sur la seule partie de la colline qui a quelques arbres. Je m'accroche à l'un deux et reste suspendue tandis que mon cheval s'en va. Quelle rigolade ! Maggi se marre comme un baleine. Voilà une histoire qui va faire le tour du pays...

Après la forêt, je vois défiler des quantités impressionnantes de carcasses d'animaux. Maggi m'explique (en mongole) qu'il s'agit des "chon", les loups...Les os sont blanchis et polis par les charognards, le vent, la pluie, et luisent au milieu d'une steppe désolée. J'ai maintenant presque la sensation que les loups sont en train de m'observer ! Même mon cheval s'agite. Mais c'est encore mon imagination galopante qui me joue des tours !

Nous arrivons à une large rivière et Maggi décide de la traverser. Je me dis "Voilà, c'est le moment où je vais tomber à l'eau avec mon appareil photo, comme au Bénin !" Mais non...le cheval n'entre pas entièrement dans l'eau et nous traversons sans nous mouiller. Après avoir longé une partie de la rivière, une petite sieste pour se requinquer (le soleil tape fort!).

Nous repartons en direction de notre camp de gers en une dernière ligne droite qui semble ne plus finir.  De la steppe à l'infini...Je suis sur le point de m'endormir sur le cheval mais celui-ci se met à trotter, ce qui achève de me réveiller. Je sens que la selle mongole (relevée derrière ET devant) me laissera des séquelles...La nuit va être difficile !

 

 



Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 07:00, le 2/09/2010, Oulan-Bator
Mots clefs :

OULAN BATOR / REGION HENTII

9h : Anya vient nous chercher accompagnée de Ganga le chauffeur et de Mahdar le guide (appelé Maggi) mais nous partons sans Anya.

La route défile au creux des montagnes ondulées et je prends conscience de l'immensité du territoire. Nous faisons un arrêt à un "övöö", un grand tas de pierres qui symbolise les voeux des croyants. Chacun y dépose une offrande (écharpe, béquilles, bouteilles de vodka...) et en fait trois fois le tour dans le sens des aiguilles du montre. C'est à cette occasion que Maggi nous offre une étrange boisson transparent (...) à l'odeur à la fois de vodka et de yak (... ...). Nous buvons doucement ce breuvage mais ne parvenons pas à le finir.

 

Nous poursuivons notre route et soudain, au détour d'un vallon, se dresse, immense et majestueuse, la statue de Chinggis Khan, le grand empereur du temps de la splendeur mongole. La statue mesure environ 30m de haut et a été à l'origine construite au centre d'une camp de yourtes-hôtels ("ger").

Nous effectuons la visite du musée de l'âge de bronze puis montons dans la statue au niveau de l'encolure du cheval, ce qui nous offre une vue panoramique sur la vallée.

 

Peu après, nous quittons la route pour emprunter une piste. Je sens que nous nous rapprochons du campement de yourtes de notre première famille ! De l'excitation mais également un peu d'appréhension à l'idée de rencontrer notre première famille d'accueil. C'est aussi pour eux la première fois qu'ils recoivent des visiteurs.

Ca y est, nous ralentissons à l'approche d'une ger. C'est ici ! Une dame sort de la ger pour nous accueillir et nous propose d'entrer. Nous la saluons par le bonjour local "Sain Bainuu". Dans la ger, nous devons tourner dans le sens des aiguilles d'une montre. Une fois installées, on nous sert le traditionnel lait préparé avec du thé et du sel. Arrive ensuite une pleine marmite de morceaux de mouton que Maggi attaque avec entrain. Allons-y gaiement !

 

Nous essayons de faire connaissance avec la famille grâce au petit guide de conversation anglo-mongole que nous avons. J'ai du mal à comprendre et à prononcer ne serait-ce que les prénoms !

Dans la journée, la famille nous sert à manger à chaque fois que nous entrons dans la ger (soit assez souvent...), et notamment des petits pains secs avec une pâte appellée "örum" qui ressemble vaguement à du beurre rance au goût lointain de fromage. Allez Marion, un petit effort !

 

C'est assez surprenant d'observer le mélange des traditions et de la modernité. Notre famille dispose d'une télévision, d'un panneau solaire, d'un camion, de téléphones portables...et oui, ici on capte mieux que chez moi !

 

A la nuit tombée, nous accompagnons la mère Dashdawaa pour la traite des vaches. Quelle rigolade ! J'ai beau appuyer sur les pis et tirer, rien ne sort...je ne suis vraiment pas douée ! Nous passons un très moment et Dashdawaa est amusée de nous voir mal faire !

 

Il est temps de nous coucher. Il y a trois lits dans la ger et nous sommes 7. Du coup, je dors par terre à côté des autres membres de la famille. Sairhan Unbrarai (bonne nuit ) !

 



Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 08:00, le 1/09/2010, Oulan-Bator
Mots clefs :

Premier jour à Oulan Bator

5h30 : enfin ! Nous amorçons notre descente vers Oulan Bator. Nous distinguons de plus en plus les reliefs montagneux qui rougeoient dans la lumière du petit matin. Le spectacle est magnifique et nous fait réaliser que nous allons faire un voyage extraordinaire !

 

6h30 : nous avons récupéré nos bagages et passé la douane. Le moment fatidique de l'accueil par Anya, la directrice de l'agence Evasion Mongolie, approche. Nous descendons les marches qui mènent à la sortie et là, nous scrutons attentivement toutes les pancartes levées par les différents hôtes mongoles. Mais rien...encore un tour de foule mais toujours rien...Anya n'est pas là! Je dois avouer que j'ai eu un petit moment de stress car étant donné que j'avais trouvé l'agence par internet, certaines personnes m'ont dit "es-tu sûre de trouver quelqu'un à l'arrivée ?". Oui, certes, je m'étais posée la question et y repense maintenant que nous sommes arrivées...mais pas le temps de stresser qu'Anya apparaît ! ouf !

Nous embarquons dans sa voiture en direction du centre-ville. La route est un peu accidentée mais nous sommes fascinées par les montagnes aux formes harmonieuses qui entourent la ville. A quoi pensez-vous quand on vous dit "Oulan Bator" ? A priori, à une ville lointaine et archaïque. Il est temps de constater que la capitale mongole est une ville moderne en plein essor. Grands buildings et affiches publicitaires diverses pululent et colorent la ville.

Nous arrivons à la Chinggis Guest House, où nous passerons la nuit. Une bonne douche et un peu de repos avant d'entamer cette longue journée.

10h : briefing à l'agence sur le déroulement du voyage. Petite surprise : nous partons accompagnées d'un guide qui ne parle ni français ni anglais...nous sentons arriver les fous rires !

11h : départ pour la visite du Monastère de Gandan, à l'origine de la ville d'Oulan-Bator. C'est un monastère bouddhiste de style tibétain encore en activité. Une centaine de moines y résident encore actuellement. Je dois dire que je reste bouche bée dès l'enceinte du monastère. Sur la droite se trouvent trois petits temples où les moines se recueillent. Pourtant pas du tout croyante, j'avoue être émue à l'écoute des prières récitées. Nous nous dirigeons ensuite vers le monastère principal et là, on ne peut tomber qu'en admiration devant une statue debout de 25m de haut du Bouddha de la compassion. Ornée d'or et d'environ 2300 pierres précieuses, la statue pèse plus de 20 tonnes. Une pure merveille !

13h : Anya nous emmène dans un restaurant mongole où nous nous régalons d'une salade de poulet et de bouchées de boeuf à la vapeur ("buuz").

Après un tour de ville, nous rentrons à la guest house, épuisées.

 


 

 

 

 

  

 



Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 08:31, le 31/08/2010, Oulan-Bator
Mots clefs :

PARIS / MOSCOU / OULAN BATOR

Le réveil sonne le début d'une longue journée et d'un long voyage ! Voici enfin arrivé le jour tant attendu de notre départ en Mongolie !

Les bagages sont prêts ; il ne nous reste plus qu'à traverser le Jardin du Luxembourg avec nos 40kg de sacs sur le dos, prendre le RER, direction le Terminal 2E de l'aéroport Roissy CDG.

11h45 : voilà, nous y sommes. L'avion moscovite s'ébranle pour se soulever dans les airs, direction Moscou !

17h30 : nous passons progressivement à l'heure locale ; il est en réalité 20h30 au moment nous prenons notre correspondance vers Oulan-Bator. Dans l'avion, deux hommes entrent complètement saouls et l'un deux s'affale par terre. Des Mongoles qui reviennent d'un petit week-end touristique dans la capitale russe...

L'avion est tellement vide que maman peut s'allonger sur les trois fauteuils de la rangée du milieu pour roupiller à son aise.

Au petit matin (5h30 heure locale), nous apercevons la ligne rougeoyante des montagnes mongoles...nous sommes presques arrivées...

 

 



Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Publié à 08:45, le 30/08/2010, Oulan-Bator
Mots clefs :
Page précédente
Page 1 sur 2